“Quand je m’occupe d’eux, je m’occupe d’eux” : 10 fois Wonder Woman a tué ses ennemis

Wonder Woman fait partie de la Trinité de DC et est connu pour être un gardien de la vérité et de la justice. Cependant, contrairement à certains de ses homologues, elle n’a pas peur d’éliminer véritablement les menaces auxquelles elle est confrontée, en veillant à ce qu’elles ne puissent plus nuire aux autres. Même si elle est connue pour essayer de donner des choix et une seconde chance à ses ennemis, elle peut être impitoyablement brutale dans ses relations plus larges.

Dans le Justice League : Guerre de la Trinité Dans l’arc narratif, Wonder Woman traverse la prison de Belle Reve avec Superman. Elle lui dit ouvertement que Despero est sûr de s’échapper un jour avant de lui expliquer pourquoi sa galerie de voyous n’est pas aussi grande que celle de ses collègues Justice Leaguers, y compris Batman et Flash. D’après elle, “Quand je m’occupe d’eux, je m’occupe d’eux.“Ses ennemis peuvent soit choisir une nouvelle voie, soit elle peut les tuer, les éliminant complètement en tant que menace, comme elle l’a fait avec les méchants et héros suivants de DC.

Wonder Woman a combattu Ares à plusieurs reprises, étant l’un des incontournables de sa galerie de voyous qui revient continuellement. Il peut être assez difficile de tuer un dieu, ce qui explique probablement pourquoi il revient, peu importe le nombre de fois qu’elle le bat. Les moments notables de leurs affrontements incluent Injustice : Dieux parmi nous #7 (Tom Taylor et Jheremy Raapack), dans lequel Diana enfonce son épée dans Ares après lui avoir coupé la main. Bien que Diana assure à Superman que les dieux ne meurent pas comme les hommes, sa tendance féroce et impitoyable est clairement soulignée par Ares lui-même.

Wonder Woman (2006) #33 de Gail Simone, Aaron Lopresti et Matt Ryan les deux s’affrontent de la même manière, mais avec une victoire plus décisive pour l’héroïne titulaire. Enragée par la dernière bataille d’Arès contre les Amazones, elle lui enfonce une hache dans la tête malgré ses propres blessures. La mort du dieu est confirmée par Zeus, qui met également Diane en colère, la poussant à abandonner sa vie d’Amazonie. Lors d’une autre rencontre à Wonder Woman (2011) #23 (Brian Azzarello, Cliff Chiang, Matthew Wilson, Jared K. Fletcher), elle tue à la fois War ET Firstborn, un fils de Zeus et Héra. Cela fait d’elle elle-même le dieu de la guerre, même si le dieu est fier d’avoir été tué par son mentoré. Cela révèle également que son personnage est capable de tels actes même lorsqu’il n’est pas dans des réalités alternatives extrêmes.

Medusa/Medusa est un autre ennemi emblématique de Wonder Woman qui disparaît généralement face à l’héroïne emblématique. Cependant, la compétition pour le meurtre le plus brutal de Diana a lieu lorsque la méchante l’a combattue au Yankee Stadium – lors d’une émission en direct. Après avoir tué un garçon innocent, le temps de Médusa est compté. Diana se lance dans le combat doublement préparée pour son ennemi, portant un casque qui couvre ses yeux avec un bandeau sur les yeux en dessous pour plus de sécurité. Lorsque ces mesures de sécurité échouent, Wonder Woman s’aveugle avec l’un des serpents de Méduse avant de décapiter le méchant, mettant ainsi fin à son complot visant à transformer les spectateurs en pierre. Tout le combat était la vie, c’est-à-dire d’innombrables personnes ont vu Diana tuer brutalement son ennemi – sur de très grands écrans.

Dans le dernier numéro de l’histoire d’Elseworlds, règne vienne, la guerre a éclaté. Lorsque le fils de Zatanna, Zatara, est sur le point d’être tué par un méchant connu sous le nom de Von Bach, Wonder Woman intervient. Elle le poignarde mortellement, ce qui est moins surprenant que la réaction de Batman. Le Chevalier Noir souligne immédiatement son hypocrisie et la volonté de prendre des vies au nom de la paix. Cela l’amène à se retourner contre LUI, la détournant momentanément de la bataille principale. Bien qu’aucun des deux n’ait de réactions moralement correctes face à leur situation dans cette série, il est toujours très révélateur que ce moment particulier les éloigne du problème en question pour aborder la manière brutale « amazonienne » de Diana de gérer ses ennemis.

Le scénario “Sacrifice” met en scène un Superman contrôlé par l’esprit, qui est utilisé par Maxwell Lord – un autre des méchants récurrents de longue date de Wonder Woman. L’Homme d’Acier a attaqué ses deux alliés dans Trinity de DC, et l’héroïne titulaire cherche à libérer son amie de l’influence de Lord. Ce contrôle a provoqué le meurtre de Blue Beetle et Superman est incapable de se libérer – à moins que Maxwell Lord ne meure. Une fois cette vérité révélée, Wonder Woman n’hésite pas. Elle lui brise le cou, mettant définitivement fin à la torture de Superman. Pour ses alliés et le bien commun, elle sera toujours prête à prendre les décisions difficiles que les autres super-héros ne semblent pas faire aussi facilement.

Le scénario “Ares Assault” oppose Wonder Woman aux enfants d’Ares, en particulier Deimos, l’un des méchants divins grecs de DC. Une fois que ses alliés sont contraints de faire face à leurs peurs par le frère de Deimos, Phobos, ils sont incapables de se battre davantage, en particulier contre Deimos. Dès que Wonder Woman le reconnaît, elle se rend compte qu’elle n’a d’autre choix que de mettre fin définitivement au combat, en jetant son diadème et en décapitant le fils d’Arès. Sans hésitation, elle vainc ses ennemis si le moment l’exige. Après tout, si elle n’avait pas mis fin à Deimos, le monde tomberait sous l’influence d’Arès, déclenchant une nouvelle guerre mondiale. Pour la vie du monde – et de ses amis – elle tuera autant d’ennemis que nécessaire.

Leave a Comment