Home Bande Dessinée Le documentaire Stan Lee de Disney a littéralement édité un aspect de...

Le documentaire Stan Lee de Disney a littéralement édité un aspect de la vie de Lee

3
0

Bienvenue dans le 903e épisode de Comic Book Legends Revealed, une colonne où nous examinons trois mythes, rumeurs et légendes de la bande dessinée et les confirmons ou les démystifions. Cette fois, notre deuxième légende raconte comment le récent documentaire Disney + sur Stan Lee a édité le passé fumant de Lee hors du film.

Comme je l’ai noté il y a quelque temps dans un vieux Comic Book Legends Revealed (au fait, à quel point est-ce bizarre que mon 537e Comic Book Legends Revealed ait eu lieu il y a près de huit ans?), Marvel a institué une interdiction de fumer dans ses bandes dessinées en 2001, comme l’explique le rédacteur en chef de l’époque, Joe Quesada :

Cela a conduit à des modifications intéressantes, comme la couverture de X-Men étranges #210…

en cours de modification pour supprimer le tabagisme de Wolverine lorsque la couverture a été utilisée comme couverture pour le X-Men : massacre des mutants collection de livres de poche…

Eh bien, dans le récent documentaire de Disney+ sur Stan Lee, la même chose s’est produite avec le passé de fumeur de Stan Lee !

Dans un excellent article de The Voice of Fashion, Cynthia Green a expliqué en détail comment Stan Lee a fait un travail si merveilleux au fil des ans (jeu de mots involontaire, assez curieusement) en se refaisant essentiellement au fil des ans, passant d’un homme d’affaires traditionnel à l’allure conservatrice à un gars “branché” qui pourrait s’identifier à un public universitaire. Le tabagisme a également joué un rôle à cet égard, comme le note Green :

Donc, en général, Lee fumait juste parce que tout le monde fumait, tu sais ?

Il a développé cela dans un Playboy interview en 2014, « Je n’ai presque jamais fumé de cigarette. J’ai acheté ces cheroots fins parce qu’il n’était pas nécessaire d’inhaler. Je bouffais dessus, mais j’ai fini par les abandonner parce que je brûlais des trous dans mes pulls. Les gens ont compris que j’appelais le personnage Mary Jane, mais honnêtement, je ne savais pas que c’était un surnom pour la marijuana. Je n’ai jamais compris pourquoi les gens se droguent. Ils créent une accoutumance et peuvent vous tuer. Je n’avais besoin de rien pour me remonter le moral ou me faire sentir plus créatif, et je n’avais pas besoin d’eux pour m’aider avec les femmes. J’ai présenté cela dans une vieille bande dessinée Legends Revealed pour savoir si Lee avait nommé Mary Jane Watson après un terme d’argot pour la marijuana (évidemment, il ne l’a pas fait).

Comme je l’ai noté il y a quelque temps, Stan Lee s’est insurgé contre l’hystérie anti-bande dessinée de Fredric Wertham et Wertham à la fin des années 1940 et au début des années 1950, et dans Le suspense # 29, Lee et Joe Maneely ont montré essentiellement Lee se disputant avec Wertham, et notez que Lee fume dans la scène …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here