Home Critiques Critique du film Falcon Lake

Critique du film Falcon Lake

3
0

Une romance de passage à l’âge adulte avec des nuances fantomatiques et une fin étrange, Lac du faucon est un film dynamique rempli de moments calmes qui s’attardent sur le subconscient du spectateur. Le premier long métrage de Charlotte Le Bon, Lac du faucon se sent comme si Appelez-moi par votre nom a été réalisé par Catherine Breillat. C’est une histoire captivante de premier amour, avec des secrets cachés qui ne sont révélés qu’à la toute fin. Le paysage de la maison du lac où se déroule la majeure partie du film est exquis, créant une atmosphère incomparable qui contribue à ajouter à la nature provocatrice de ce film.

Le Bon a écrit le scénario de Lac du faucon aux côtés de François Choquet et a réalisé le film, qui suit Bastien (Joseph Engel), 14 ans, alors que lui et sa famille se rendent dans une maison au bord d’un lac au Québec pour l’été. Là, il rencontre Chloé (Sara Montpetit), 16 ans, qui séjourne également à la maison du lac avec sa famille. Chloé a tendance à traîner avec des garçons plus âgés, mais elle trouve plus attrayant de raconter des histoires de fantômes à Bastien. Bientôt, Chloé et Bastien développent un lien fort et une sorte de romance naissante. Cependant, la nature fantomatique du lac menace l’existence même des adolescents maudits.

Lac du faucon n’est pas un film d’horreur, c’est plutôt une tranche de vie mettant en scène deux adolescents à un moment très transformateur de leur vie. Alors que la fin suggère que quelque chose de plus surnaturel est en jeu, les éléments de l’histoire de fantômes enracinés dans le film sont traités subtilement. Lac du faucon c’est du ressenti, mais d’une manière qui n’explique rien, et tous les événements sont dépeints à travers l’atmosphère et l’état émotionnel des personnages. Le film est agréable pendant la majeure partie de sa durée, mais il y a une qualité troublante qui persiste tout au long du film, laissant au public quelque chose qui se profile.

Le Bon a clairement un œil cinématographique distinct. La cinématographie du film semble vivante, comme si le spectateur était entré dans un tableau. Les principales performances d’Engel et de Montpetit sont sobres et vivantes, créant des personnages qui ont l’impression qu’ils pourraient être les enfants du voisin. Tout sur Lac du faucon est authentique, mais il y a aussi une qualité onirique qui le sépare des autres films de passage à l’âge adulte.

On ne sait jamais où ce film se dirige, et quand il arrive à destination, le spectateur peut se retrouver avec une grosse boule dans la poitrine et un indéniable sentiment d’existentialisme. Lac du faucon est une méditation parfaite sur l’amour et la mort, mais elle ne ressent jamais le besoin d’enfoncer sa signification dans la gorge du spectateur. Certains membres du public peuvent trouver ce film prétentieux ou ennuyeux, mais c’est une belle pièce de cinéma qui présente la vie d’une manière vraiment unique.

Si vous cherchez un film d’horreur effrayant avec des fantômes terrifiants, Lac du faucon n’est pas ce genre de film. Cependant, si une incursion subtile dans le jeune amour qui descend lentement dans le surnaturel semble prometteuse, alors Lac du faucon vaudra certainement le prix d’entrée. Dans l’ensemble, Charlotte Le Bon met en valeur ses côtelettes derrière la caméra avec brio dans un genre à combustion lente qui déclenchera des émotions profondément enracinées chez le public.

Falcon Lake sortira dans certaines salles du pays le 2 juin, avant une sortie numérique le 13 juin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here